Arts

Sur la toile

Exposition hommage

Suite au décès de l’artiste sud-coréen Kim Jung Gi en octobre 2022, le Centre Culturel Coréen lui dédie depuis le 16 novembre l’exposition « Lignes infinies, au fil de l’art de Kim Jung Gi », qui durera jusqu’au 16 mars 2024.
Dessinateur reconnu de la scène contemporaine, celui-ci a notamment été l’instigateur du mouvement performatif du Live Drawing. L’exposition est entièrement gratuite, et propose de vous plonger dans l’univers énigmatique d’un artiste monstrueusement talentueux.
Plus d’informations ici.

Quand un groupe d’artistes anglais sème la panique !

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, un vent de panique souffle en Angleterre, des œuvres signées PRB commencent à apparaître, on craint une révolution contre la monarchie. Loin de ça, il s’agit en réalité d’un groupe d'artistes connus sous le nom de Préraphaélite ou Pre Raphaelite Brotherhood (PRB) qui s’organisent comme un sorte de société secrète à Londres à partir de 1848. Ce sont des artistes comme Hunt, Millais et Rossetti qui s’inspirent des artistes italiens primitifs, ceux qui ont précédé Raphaël.

Louvre

Les icônes ont profondément marqué la production artistique de l’Empire byzantin, où elles sont centrales. En effet, elles ont fasciné, inspiré et leur couleur dorée est admirée. Les icônes occupent ainsi une place privilégiée au sein de l’histoire de l’art jusqu’aux artistes contemporains tels que Klimt, Malevitch, Mondrian… Le Louvre propose aujourd’hui de revenir sur ce mythe de l’icône byzantine avec une exposition de cinq icônes byzantines provenant de Kyiv. Revenons aux origines de l’image sacrée.

Médiation

Dans une publication TikTok datant du 2 octobre dernier, le service de communication du palais de Tokyo évoque le sentiment d’exclusion qu’une certaine partie du public peut ressentir face à l’art contemporain, parfois hautement abstrait. La solution proposée serait alors la présence de médiateur·ices culturel·les. Mais ceux où celles-ci ne se seraient·iels pas considéré·es plutôt comme les pansements d’une plaie plus profonde?

Echomusée

Entre rêve et cauchemar, fête et repos, l’exposition « Et la nuit passe » des étudiant·es du centre Saint Charles (École des arts de la Sorbonne) nous mène dans un voyage enchanteur autant qu’effrayant, avec leur exposition située à la Galerie Echomusée. Avec une soirée de vernissage le 29 septembre, l’exposition est présentée jusqu’au 4 octobre, ouverte au public tous les jours de 14h à 19h.

Musée d'Orsay

Le musée d’Orsay met à l’honneur la technique du pastel dans son exposition « Pastels, de Millet à Redon », jusqu’au 2 juillet 2023. C’est pour nous l’occasion de (re)découvrir cette technique si particulière et son usage au XIXème siècle, par des artistes allant de Degas à Redon, en passant par Morisot, Monet ou encore Heulleu.